Liens utiles joindre
AccueilMot de la coordonnatriceÉquipeConseil d'administrationActivités
Principes et valeurs Maladies Documents officiels
Rapport annuel Journal l'Entraineur

Mot de la coordonnatrice

Archives : préjugés estime de soi confiance aux autres gestion du stress respect de soi et des autres
dépression saisonnière résilience changement colère émotions et bonheur de vivre
  santé mentale adulte        

Les causes et les conséquences de la colère

La plupart des gens qui vivent de la colère déclarent se sentir frustrés. La frustration serait-elle une émotion, compagne habituelle de la colère ?

En fait, la frustration n'est pas une émotion. Elle constitue un état dans lequel on peut se trouver, tout comme la connaissance, la santé, la maladie, la richesse ou la pauvreté. Quelles conditions doivent-elles être réalisées pour que vous soyez frustré ? Seulement deux. D'abord, il vous faut désirer quelque chose (le désir est l'émotion fondamentale des humains). De plus, il faut que votre désir soit insatisfait. Quand il en est ainsi, vous êtes dans l'état de frustration, que vous le sachiez ou non. En effet, on peut être frustré (un état psychologique) sans le savoir, tout comme on peut être malade (un état physique) sans s'en rendre compte. Quand le médecin vous annonce son diagnostic, vous ne devenez pas malade à ce moment. Vous l'étiez avant de le savoir. Il en va de même pour la frustration. Disons que vous aimez bien votre femme et désirez passer avec elle les plus belles années de votre vieillesse. Vous êtes en voyage loin de chez vous quand votre épouse décède malencontreusement dans un accident. Disons qu'elle meurt à 10 heures, mais que vous ne l'appreniez qu'à 16 heures. Quand votre frustration a-t-elle commencé ? Au moment où la mort de votre femme est venue contredire votre désir de vivre avec elle, soit à 10 heures. "Mais je n'ai rien ressenti", dites-vous. Évidemment : la frustration, consciente ou inconsciente, n'est pas une émotion. Cependant, quand vous apprenez la mort de votre femme (à 16 heures), cette nouvelle devient une occasion pour vous d'avoir diverses idées. Ces idées vous causeront des émotions. Tout dépend de la manière dont vous interpréterez le décès de votre épouse. Sans entrer dans les détails, il est clair que si vous vous dites : "c'est épouvantable! C'est dommage que cela arrive maintenant. J'aurais aimé passer de bonnes années avec elle". Donc, l'émotion désir est causée par l'idée suivante : "ceci serait bon, avantageux pour moi. Il ferait mon affaire que ma femme survive encore quelques années". Ainsi, la mort de votre femme ne vous cause ni ne pet vous causer aucune émotion.

Il faut savoir que l'événement, si désagréable et frustrant qu'il soit pour vous, ne peut vous mettre en colère. On vous insulte, on vous injurie, on attaque votre réputation, on déclare que vous n'êtes qu'un minable, les enfants claquent la porte 20 fois, votre femme part, votre chien fait pipi sur le tapis : autant de frustrations. Impossible de vous empêcher de ressentir au moins de la tristesse et du regret dans ces circonstances et il est facile de comprendre pourquoi. Il faut donc vous rappeler que pour être frustré, il faut désirer quelque chose, par exemple, la survie de votre femme.

Attardons-nous quelque peu aux inconvénients que vous cause votre colère. D'abord, il s'agit d'une émotion désagréable. Je sais bien que des foules de personnes la trouvent moins déplaisante que d'autres émotions, par exemple l'anxiété et la culpabilité. Elles disent : "Ça fait du bien de se vider le coeur, d'envoyer promener un emmerdeur en termes énergiques". D'accord, mais ce qui est agréable ici, c'est l'expression de la colère, sa ventilation. Dans bien des cas, vous jugez probablemet plus prudent de retenir, de refouler l'expression de votre hostilité. Il n'est pas toujours pratique d'exprimer sa colère à un débardeur musclé, à un policier nerveux et armé, à une belle-mère susceptible. Vous vous retenez. L'émotion "colère" est bien présente en vous, mais vous vous contentez de serrer les lèvres et les poings. Quand, enfin, vous explosez, c'est souvent envers des substituts inoffensifs (épouse, enfants, chien de petite taille...)
que vous exprimez la colère que vous vous êtes causée à propos d'autres personnes plus menaçantes.

Si vous refoulez souvent l'expression de votre colère, vous risquez d'éprouver des malaises physiques déplaisants : tension, maux d'estomac, ulcères, etc. Avez-vous déjà tenté de vous endormir quand vous étiez en colère ? Impossible ! Quand, à la longue, vous finissez par glisser dans le sommeil, n'est-ce pas souvent pour le voir peuplé de cauchemars où vous combattez à mains nues contre des fauves déchaînés ? Où est le plaisir de vivre dans tout cela? Décidément, pas de charme à se sentir souvent et fortement hostile, en colère.

De plus, quand vous exprimez votre colère envers d'autres personnes, quels résultats obtenez-vous ? N'est-il pas vrai que ces personnes se mettent souvent en colère elles-mêmes contre vous et vous retournent la balle avec encore plus de vigueur que vous ne l'avez vous-même lancée ? Vous répliquez par une nouvelle décharge, suivie d'une nouvelle bordée de votre adversaire. Le ton monte, on en vient aux coups. Voilà comment les guerres commencent. Est-ce que le jeu en vaut la chandelle ? D'autres personnes ne répliquent pas, mais pensez-vous qu'elles vous portent dans leur coeur ? Ne sont-elles pas, au contraire, portées à nourrir à votre endroit des sentiments de haine, à vous garder un chien de votre chienne, n'attendant que le moment propice pour vous éreinter ? D'autres encore auront peur et tenteront de vous fuir. Pratique, parfois, mais voulez-vous créer le vide autour de vous ? Voulez-vous que votre femme, terrorisée, finisse par vous quitter ? Que vos enfants se terrent à votre approche en attendant d'être assez grands pour vous plaquer ? On en voit pas comment votre hostilité et votre colère pourraient vous amener des relations interpersonnelles agréables, sereines et fructueuses.

Donc, il devient important d'identifier d'où viennent vos idées qui vous font vivre la colère et ainsi les modifier pour percevoir les événements de votre vie différemment.



Slogan
 

Accueil | Mot de la coordonnatrice | Équipe |
Conseil d’administration | Activités | Principes et valeurs Maladies | Documents officiels
Journal | Liens utiles | Nous joindre

© 2011ROBSM Conception Hélène Beaulieu