Liens utiles joindre
AccueilMot de la coordonnatriceÉquipeConseil d'administrationActivités
Principes et valeurs Maladies Documents officiels
Rapport annuel Journal l'Entraineur

Mot de la coordonnatrice

Archives : préjugés estime de soi confiance aux autres gestion du stress respect de soi et des autres
dépression saisonnière résilience changement colère émotions et bonheur de vivre

Émotions et bonheur de vivre

Qu’est-ce qui fait que nous nous disons heureux ou malheureux? Si on examine notre vie quotidienne, on constate que deux séries de composantes sont simultanément présentes dans chacun de ces états.

La première composante est constituée par les états de gratification ou de frustration dont notre vie est tissée.

Contrairement à l’idée généralement reçue, gratification et frustration ne constituent pas des émotions mais des états psychologiques non émotifs.

Vous vous trouverez dans un état de gratification chaque fois que l’un ou l’autre de vos désirs est satisfait. D’autre part, vous serez dans un état de frustration si vos désirs ne sont pas satisfaits.

Il est facile de constater que gratification et frustration jouent un rôle important dans ce qui constitue ce que nous appelons le bonheur ou le malheur. Une personne qui constate qu’elle se trouve fréquemment et longuement dans l’état de frustration ne se décrira en principe jamais comme heureuse.

Cependant, à cette première série de composantes s’en ajoute une autre constituée par les émotions que chacun de nous peut éprouver. Il est clair que nous trouvons certaines de ces émotions plus agréables à éprouver que d’autres. Qui ne voudrait pas se sentir joyeux, enthousiaste? Et, au contraire, est-ce qu’il y a des amateurs pour des émotions comme la tristesse, l’anxiété, la dépression, la culpabilité, la colère?

Si une personne déjà notablement frustrée éprouve de plus des émotions désagréables abondantes, intenses et prolongées, vous serez d’accord pour trouver que son plaisir de vivre, déjà entamé par la frustration, se trouvera encore amoindri par la présence en elle de ces émotions désagréables.

Notons de plus que les émotions constituent le moteur de notre action. C’est toujours sous le coup de quelque émotion, même faible, que nous agissons ou que nous nous abstenons d’agir. Les exemples ne manquent pas : la peur nous amène à fuir ou, au contraire, à figer sur place. L’hostilité détermine chez nous des comportements agressifs. La dépression peut paralyser presque complètement notre agir. La joie, au contraire, constitue un stimulant puissant.

Il est donc évident que les émotions constituent un élément prépondérant de notre bonheur ou de notre malheur, à la fois à cause de leur caractère agréable ou désagréable et, de plus, à cause de l’influence déterminante qu’elles exercent sur notre manière de nous comporter.

Slogan
 

Accueil | Mot de la coordonnatrice | Équipe |
Conseil d’administration | Activités | Principes et valeurs Maladies | Documents officiels
Journal | Liens utiles | Nous joindre

© 2011ROBSM Conception Hélène Beaulieu